Le Bourg - 15130 TEISSIÈRES-LES-BOULIÈS | 04 71 62 60 47
Mairie de Teissières les Bouliès - Châtaigneraie cantalienne
Mairie de Teissières les Bouliès - Châtaigneraie cantalienne
Mairie de Teissières les Bouliès - Châtaigneraie cantalienne
Mairie de Teissières les Bouliès - Châtaigneraie cantalienne

À la découverte de Teissieres


À 16 km au sud d’Aurillac, Teissieres s’étend sur 1950 ha : Des forêts, des prairies...et aussi de la vie, des gens , des activités disséminées entre 810m à La Joyeuse et 405 m d’altitude en bordure du plan d’eau du Maurs.

La commune est bordée au sud par Leucamp, Vezels et le ruisseau du Maurs qui se jette en aval dans le Goul. Au nord Labrousse et Prunet nous séparent d’Arpajon et du bassin d’Aurillac.

L’histoire de Teissieres se nourrit de ses eaux gazeuses, de ses mines de wolfram, et bien sûr de notre agriculture au cœur de la vie économique, sociale et culturelle de nos villages.

Teissieres compte un peu plus de 300 âmes. Au début du siècle dernier, nous étions plus de 700, dans les années 1980 ce chiffre était descendu autour de 270.

Aujourd’hui les chiffres se stabilisent, la déprime agricole est fragilement compensée par la proximité d’Aurillac en nombre… mais pas en activité.

...Et c’est la volonté affirmée des élus de retrouver cette vie en améliorant notre attractivité et en attirant de l’activité nouvelle, ambition pas évidente par ces temps de concentration urbaine , et de « metropolisation », alors que ici, vous pouvez aussi sur nos territoires , dans un cadre plus serein et humain , exercer vos activités.

Vous avez des idées, des suggestions et propositions, des critiques . N’hesitez pas à nous en faire part .Ce site est destiné à les recevoir, à faire vivre et vous faire aimer Teissières-les-Bouliès.


Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg
Le bourg

                   Teissieres vu par M. de Ribier au 19eme siècle

Cette commune dépend du canton de Montsalvy et de l'arrondissement d'Aurillac. Elle est bornée au nord par celle de Labrousse; au sud, par Leucamp; Roussy la borne à l'est, et Prunet à l'ouest.

La surface de son territoire est de 1,950 hectares, dont 450 h. en terres labourables; 300 h. en prés; 600 h. en bois; 50 h. en châtaigneraies, et 550h. en terres vaines.

Elle est arrosée par les ruisseaux de Vauze, de Langueyroux, de Fonsalade, de Bioude, etc.

La population est de 723 habitants , répartis dans 11 villages, 14 hameaux et 113 maisons.

Teissières, le chef-lieu, à 1 myr. 5 kil. de Montsalvy et à 1 myr. 8 kil. d'Aurillac est un petit bourg situé à la source d'un faible ruisseau.

Son église est fort ancienne et dédiée à Notre-Dame (la Nativité). Elle a 16 mètres en longueur et 4 mètres 50 cent, en largeur. Elle portait le titre de prieuré. On y remarque deux chapelles, dont l'une est dédiée à saint Biaise. Béraud Gauthier était curé en 1582; Louis Sournac, en 1697; N. Berlange fut prieur en 1717; Géraud de Leygonie, en 1731. Il avait succédé à Jean de Boissieu. Jean-Baptiste de Leygonie, surnommé Roussillon, était curé en 1742; Hugues d'Estoux, prieur en 1743; Pierre Montmège. en 1755. Il fit plusieurs dons à son église. N. Vigier fut le dernier prieur en 1790.

La seigneurie de Teissières appartenait en partie au prieur, et l'autre partie à N. de Tournemire, qui y résidait. Il maria, en 1574, sa fille Antoinette avec N. du Moulin, écuyer, habitant de Montsalvy. N. Guillaume de Montvallat était seigneur de Teissières en 1642, son fils en 1666, et N. Bertrand d'Escaffre en 1743. Son fils Bertrand lui succéda, et fut en procès, en 1753, avec N. Jean de Caylus, seigneur de Saint-Sulpice, pour leurs droits honorifiques dans l'église.

C'est à quelque distance et à l'est du chef-lieu, vers le village des Lattes, dans un endroit d'un accès difficile , que sourd la fontaine d'eau minérale dont les gourmets d'Aurillac font un si grand usage. Un homme spécial, M. le docteur Nivet, ayant donné dans cet ouvrage (III° liv., p. 443), un article complet sur les eaux minérales du Cantal, nous ne parlons ici de celles de Teissières que pour mémoire. Elles appartiennent à M. le docteur Reygasse.

Les villages et hameaux de cette commune sont:

 Bioude, hameau avec un petit château qui appartenait, en 1740, à N. de Féliquier. Il y a une source d'eaux minérales.

 Bus (le), village habité, en 1749, par Jean de Féliquier. Sa fille porta le Bos en dot, en 1774, à N. Louis de Montal. Ils l'habitaient.

 Candoutas, hameau.

 Canines, village au sud du bourg. Les eaux minérales de Canines sont estimées. (Voy. l'article du docteur Nivet cité plus haut.)

5° Cayan. village.

 Cosle (la), hameau près de Grignac.

 Falguières, village au sud du bourg.

 Fau (le), hameau.

 Grignac, gros village à l'embranchement de deux ruisseaux.

10° Joyeuse (la), jolie maison de campagne entourée d'allées au sud-ouest, et éloignée du bourg. Cette localité avait eu de l'importance, puisqu'elle était comprise dans une donation faite, en 923, par Bernard, comte de Rodez et vicomte de Carlat, à l'abbé de Conques. La moitié du domaine de la Joyeuse appartenait, en 1752, à N. François de Veyre; l'autre moitié à J. de Barriac. Louis de Veyre, héritier de Joseph, jouissait de la Joyeuse et de son moulin en 1759. Le propriétaire actuel est M. Devèze.

11° Lattes (las), village sur le chemin de Brousse.

12° Lamissau, hameau au sud-ouest de Falguières.

13° Montimar, hameau au nord du bourg.

1 4° Moretio (la), hameau.

15° Plane (la), hameau au nord de Falguières.

16° Plinsse, village sur un plateau, à l'est du bourg.

17° Rieu (le), village sur le ruisseau de Maurs.

18° Roque (la), hameau.

19° Rouffayt, hameau au-dessus du précédent.

20° Tarblanc, hameau.

21° Teil, village.

22° Vernines, village et moulin à l'ouest du chef-lieu.

Les fissures de roche qui avoisinent la source d'eaux minérales de Teissières sont tapissées de fer sulfuré en jolis cristaux.

Le sol de la commune est en général formé de quartz , d'argile et de schiste micacé.

Les terres sont fort maigres et sablonneuses; les prés d'assez bonne qualité, mais d'un faible produit. Les bois consistent presque tous en taillis; on en fait du charbon pour la consommation de la ville d'Aurillac.

Les châtaigneraies fournissent de bons fruits , très-utiles à la subsistance des habitants.

Les landes et bruyères sont utilisées pour le pacage des moutons.

« Pierre de Montvallat, écuyer, sieur de Teissières, y résidant, dit M. de Sistrières, tient en franc fief et noble du vicomte de Carlat, suivant son hommage de 1668, son domaine, maison, grange dudit lieu de Teissières, et 10 septiers de blé de rente avec les suites, à prendre sur le village de Brieudes ; plus autres 10 septiers sur les habitants des villages de Falguières et de Candoulas.

Le sieur prieur de Teissières a des rentes réunies à son prieuré; elles dépendent du comte de Carladès.

Guillaume Poujoulat, notaire royal à Aurillac, tient en franc fief et noble du comte de Carladès, une maison, jardin et curtils, prés, terres et châtaignal appelé del Cayrou. »

Teissières-les-Bouliès était de droit écrit relevant de Vic.

Teissières-les-Bouliès fut imposé à 1,300 livres dans l'imposition de 1696 pour l'élection d'Aurillac.

De Ribier