Le Bourg - 15130 TEISSIÈRES-LES-BOULIÈS | 04 71 62 60 47
Mairie de Teissières les Bouliès - Châtaigneraie cantalienne

Le Sentier de la Nature et du Patrimoine de Teissières-les-Bouliès

Le sentier du patrimoine qui fait le tour du bourg sur environ 1,5km, se compose actuellement de 8 éléments :: le four à bois, la fontaine à crémaillère, le sécadou (séchoir à châtaignes), le travail à ferrer les bœufs représentant notre patrimoine vernaculaire ; l’atelier municipal (ex atelier d’ embouteillage ), les murets en pierres sèches , La Croix du Cayre et la mosaïque à l’entree du bourg œuvres le complètent 

Le départ peut se faire de notre point info face à l’auberge ou de lamosaïque. C’est le côté « est », ou fontsalada .

La partie ouest « côté puy du solei » est en cours de réalisation. Elle comprendra la sagne du puy du soleil en cours de revitalisation , le verger conservatoire, la soue, le puits.

Nous espérons l’achever au printemps 2019 . Ce sera une superbe promenade romantique , artistique, digestive, ou apéritive de moins de 2 km en tour de bourg pour se reconnecter avec la nature et l’histoire de nos territoires cantaliens

Sentier du Patrimoine

L'histoire du Sentier du Patrimoine

-----------------------

C’est en 2010 que la commune a ouvert le chantier du Sentier du Patrimoine, avec la construction du four à bois, suivie en 2011 par celle du sécadou et de la croix du Cayre et enfin, par la réhabilitation d’un ancien travail à ferrer les bœufs et d’une fontaine à crémaillère. Grâce à l’embellissement de sa façade, l’atelier communal, qui servait dans les années 30 au stockage des bonbonnes d’eau minérale gazeuse de la Font Salada, fait désormais partie du parcours de ce sentier.

SOUE

ZONE HUMIDE

Après l’achèvement de cette première partie du Sentier, la commune à engagé les travaux sur le patrimoine naturel. Après le verger conservatoire planté de fruitiers d’espèces anciennes et locales, la zone humide du Vallon du Puy du Soleil est l’objet d’un programme de revitalisation avec pour objectif, la valorisation de ses richesses naturelles. Cette zone couvre 2 ha, est alimentéé par plusieurs sources, qui en aval se déversent dans les ruisseaux du Goul et de la Truyère.

La Fontaine

----------------

Fontaine à chaîne à crémaillère, entraînée par une manivelle qu’on tourne dans le sens des aiguilles d’une montre.

Sur la chaîne sont fixés des godets qui vont chercher l’eau au fond du puits, et qui le déversent à la remontée, dans un versoir qui alimente le débit.

Cette fontaine alimentait en eau le quartier de l’école, et celui de Cayan.

Le Four à pain

----------------

Ouvrage en maçonnerie, généralement voûté, dont l’ouverture sur la partie avant, fermée par une porte, permettait de faire cuire le pain, les gratins ou les pâtisseries à la chaleur des braises.

Au Moyen-Age, le four banal, comme le moulin, appartenait au ban, circonscription du suzerain, dont les vassaux payaient une redevance pour le droit à cuire le pain.

Il est devenu four communal sous la république. Au fil du temps, chaque ferme construisit son propre four à pain.

Aujourd’hui, le four de Teissières, reconstruit à l’identique en 2009 par des bénévoles avec des matériaux prélevés sur d’anciens fours, est l’occasion, tout au long de l’année, de rencontres festives entre les habitants et les visiteurs de Teissières.

La Croix du Cayre

----------------

Cette croix réinstallée en 2011 était celle où, jusqu'au milieu des années 60-70, se déroulait la cérémonie des Rogations qui sont dans le calendrier liturgique catholique, les trois jours précédant la fête de l’ascension.

Le terme « Rogations » a pour origine le verbe latin « rogare » : demander.

Les Rogations étaient donc dans nos campagnes l’occasion d’exprimer des vœux pour attirer les bénédictions divines sur les récoltes et les travaux des champs.

Le Sécadou

----------------

Le Sécadou était un petit édifice carré ou circulaire, implanté à l’écart des maisons.

Au premier niveau, sur un plancher en liteaux à claire-voie, on entassait les châtaignes sur une épaisseur de 30 à 40 cm. Au rez de chaussée, sur un foyer ouvert, on entretenait pendant 15 à 20 jours, un feu de souches, sans flamme, d’où se dégageait une abondante fumée qui séchait lentement les châtaignes entreposées au dessus, avant de s’échapper par tous les interstices du toit et des murs.

Le Sécadou actuel a été reconstruit en 2011 par des bénévoles de la commune sur le modèle d’anciens sécadous dont on a aussi réutilisé les matériaux.

Le Travail

----------------

Jadis incontournable dans les zones rurales, cet ensemble était utilisé pour maintenir les bœufs pendant que le maréchal ferrant fixait sous leurs sabots les fers indispensables pour leur efficacité dans les travaux des champs.

Autrefois fixé dans le sol, et de nos jours mobile, il est aujourd’hui remplacé par des cages métalliques de contention.

Le Travail devant lequel vous vous trouvez a été restauré par les employés municipaux en 2012.

L’Atelier

----------------

L’Atelier communal, construit dans les années 1920-1930, est l’ancien centre d’embouteillage et de stockage des eaux minérales gazeuses de la Font Salada.

Propriété de la société d’exploitation de la source, puis des repreneurs, elle a été rachetée par la commune en 1985 en même temps que la source. Eclairée intérieurement par des vasistas sur le toit diffusant une lumière zenithale, la charpente en nid-d’abeilles est remarquable pour sa forme en coque de bateau renversée, modèle architectural qu’on retrouve dans certains châteaux de la région, Conros par exemple.

Le bardage de la façade et l’avancée de toit soutenue par des poteaux métalliques, ont été refaits au printemps 2014, en s’inspirant d’anciennes photos du bâtiment initial.

BÉNÉVOLES SUR LES CHANTIERS

-----------------

C’est avec la participation active et dans la durée de nombreux bénévoles de la commune que plusieurs chantiers ont pu être menés à leur terme. Grâce à eux, et parfois dans des conditions climatiques difficiles, le mur de pierres sèches de l’entrée du bourg, nombre d’ éléments du Sentier de Patrimoine (four, sécadou,…) qui semblent aujourd’hui faire partie du paysage teissièrois , ont été érigés.

De même, le patrimoine naturel, a été revalorisé grâce à la création de plusieurs sentiers de randonnée.

Des équipes de bénévoles emmenées par Jérome Lafon,  ont débroussaillé, balisé, entretenu, au cours de Journées Vertes organisées chaque année au mois de juin, les sentiers de randonnée.